Alimentation: l’étiquette de l’aliment, et la garantie de la transparence, c’est la loi

Etichetta' alimenti, nuova legge di tutela La qualité de la nourriture, de la nourriture que les consommateurs italiens et de liaison au supermarché et ensuite apporter à la table est sécuritaire ou, au moins, est “transparent”, grâce à la récente approbation de la loi des Dispositions relatives à l’étiquetage et à la qualité des denrées alimentaires par le Comité de l’Agriculture de la Chambre, également connu sous le droit de l’enregistrer en Italie.

Après dix ans de combats et revendications des associations de lutte pour la protection du Made in Italy et de la transparence de la qualité des produits alimentaires, tels que la Coldiretti, aujourd’hui, enfin, l’obligation d’indiquer l’origine des produits alimentaires sur l’étiquette est la loi. De nombreuses et intéressantes et ne pas être sous-estimé, comme l’a souligné par Coldiretti, notamment l’article 4, “l’article central de la loi est le numéro 4 sur l’étiquetage des produits alimentaires. Il prévoit que, afin de fournir aux consommateurs une information correcte et complète sur les caractéristiques des produits alimentaires commercialisés, transformé, partiellement transformé ou non transformé, ainsi que pour renforcer la prévention et la lutte contre la fraude alimentaire, il est obligatoire, dans les limites et selon les procédures établies, apporter dans l’étiquetage de ces produits, en plus des indications visées à l’article 3 du décret législatif du 27 janvier 1992, pas.109, et ses modifications ultérieures, l’indication du lieu d’origine ou de provenance et, conformément à la législation de l’Union européenne, de la possible utilisation de certains ingrédients, où il y a la présence d’organismes génétiquement modifiés (Ogm) à tous les stades de la chaîne alimentaire, de la place de la production à la consommation finale. Garantie sur la provenance, la composition, les caractéristiques et la qualité de la nourriture que les italiens peuvent acheter: il suffit de lire attentivement les étiquettes afin de faire un choix vraiment conscience.

La loi est rédigé et approuvé, seule manque maintenant, c’est que la machine de la bureaucratie et de l’administration est mise en mouvement, pour le rendre vraiment efficace. Dans un délai de soixante jours à compter de l’approbation de la loi devront être émis interministériel des décrets du ministère du Développement économique et de l’agriculture, après consultation avec les organisations les plus représentatives au niveau national dans les secteurs de la production et de la transformation agro-alimentaire et les acquis de l’avis des Commissions parlementaires compétentes, qui permettra de définir les modalités de l’indication obligatoire de l’, ainsi que les dispositions relatives à la traçabilité des produits agricoles d’origine ou de provenance du territoire national, a ajouté la Coldiretti.