Grossesse: le vaccin contre la grippe

Vous savez que la grippe, il a contractée pendant la grossesse, peut avoir des effets pathologiques graves sur le fœtus, y compris des malformations, ainsi que vous le savez que le “inoffensif” de la grippe, qui est inoffensif n’est pas, dans les patients de pédiatrie moins de six mois de la vie, ouvre la voie à de graves complications telles que les infections de l’oreille et de la pneumonie bactérienne, il en résulte seulement de la lecture de ces données est que le vaccin doit être pratiqué de manière plus efficace chez les femmes enceintes, il est en Amérique depuis plus de dix ans, du reste la même que l’Organisation Mondiale de la Santé recommande.

À ce stade, selon la recherche scientifique qui ont eu lieu dans la dernière période sur le vaccin contre la grippe, il est également observé qu’il fait sens pour vacciner les enfants après les six premiers mois et pas avant, d’ailleurs, en dessous de ce seuil, le vaccin peut être même contre-indiquée. Mais les recherches scientifiques visant à comprendre le sens de la vaccination pendant la grossesse, précisément dans le but de guérir que le risque de l’enfant à assister à une infection virale quand il n’est pas possible de vacciner.

Il serait au lieu d’être prouvé scientifiquement, grâce à une étude qui fait partie du projet de la Mère Cadeau, mené au Bangladesh, où le virus de la grippe est active tout au long de l’année, que les enfants de ces femmes qui avaient eu le vaccin avait 63 chances sur 100 de moins que l’obtention de la maladie dans les six premiers mois de la vie, qui est la limite au delà de laquelle il est possible de vacciner, en raison de la prophylaxie, il a été observé que chez les jeunes patients, il y avait une réduction de 29% en fait, les troubles respiratoires sont caractérisés par la fièvre de plus de 38 ° C.

Donc il est inutile de nier, selon les chercheurs, l’efficacité de la vaccination contre la grippe de la mère au cours de la maternité devrait également que, selon les résultats obtenus par le groupe d’étude, dans les mêmes mères, il y a eu une réduction de forte fièvre et de maladie respiratoire se réfère à un pourcentage de 36% .

En bref, si le vaccin protège la mère et l’enfant peut ne pas être souhaitable de recourir à une vaccination plus efficace et numériquement plus important que le visage, jusqu’à présent, même chez la femme enceinte, à condition que cette décision soit prise de concert avec votre médecin traitant et éventuellement aussi avec le spécialiste de l’accoucheur, qui est la suite de la femme, et jamais de leur propre initiative!