L’auto-médication: choix de 3 Italiens sur 4

Des maux de tête ou des maux de dents: qui n’a jamais souffert au moins une fois? Dans ces cas, beaucoup cherchent à obtenir le soulagement de la douleur dans les médicaments d’automédication: selon un sondage présenté ces jours-ci à 65° Congrès des Médecins de famille FIMMG les MÉTIS que dans la dernière année ont fait bien 3 Italiens de 4.

Dans 57% des cas, les médicaments à l’auto-médication sont utilisés juste pour contrer les maux de tête, pour apaiser les douleurs dentaires, peut-être en attente pour le dentiste, et de lutter contre les courbatures et les douleurs dans le dos. Ou contre les symptômes du rhume et de la grippe (27%). Beaucoup moins utilisé (seulement dans 6% des cas) contre les troubles gastro-intestinaux. Mais avez-vous vraiment besoin de ces médicaments vendus sans ordonnance? Pour 78% des répondants sont des médicaments très ou assez utile, et 79% sont vraiment en mesure d’éliminer la douleur. Il est, cependant, le besoin de plus d’informations (nécessite 71% des citoyens). Et qui, ensuite, demande au conseil? Les citoyens qui “automedicano” montrer, au moins dans les mots, une attitude assez responsable: 40% d’entre eux, en effet, demande l’avis du médecin avant de compter sur eux pour la première fois-le-médicaments en vente libre.

Pour les citoyens de l’auto-médication n’est pas le faire tout seul, parce que le médecin de famille reste le premier point de contact pour savoir comment guérir”, dit Isabelle Cecchini, directeur de la Recherche Ministère de la Santé GDK Eurisko. “Il n’y a pas d’opposition: le médecin donne des conseils, et puis il y a le self-management. D’après le médecin, entre les “conseillers” à la plus suivie, il y a les parents, les amis, et les pharmaciens attachés (18%) et la publicité (12%).