La dépression Post-partum: je souffre aussi du papa

Généralement, lorsqu’on parle de post-natal de la dépression, nous nous référons à la femme, qui, bien sûr, met au monde son propre fils, ce qui signifie que l’état pathologique qui induit la mère à de véritables formes de maladie mentale, qui, en fait, la dépression, avec des formes cliniques variables, mais pour la plupart, réversibles et de courte durée.

Mais il est un autre aspect de la post-natal de la dépression, qui jusqu’à récemment était même pas envisagée dans les manuels, et qui se rapporte à la période post-natal de la dépression aussi pour les hommes et, en particulier, de la part du père, depuis un père sur dix souffrent des mêmes symptômes de la mère avant même la naissance, lorsque l’enfant atteint l’âge de la première année de vie, le pourcentage de pères de famille qui sont malades de la même forme clinique est abaissé à un père de quatre.

L’étude est certainement suggestifs, car il met l’accent sur le traitement des maladies de la clinique de nature psychologique. Une distinction importante à faire cela, parce que, en admettant que la dépression doivent être considérées avant tout comme une maladie organique et, par conséquent, le point de vue thérapeutique avec des médicaments, tandis que dans la femme du possible fardeau psychologique de la dépression post-partum ajoute généralement à la maladie, presque toujours causé par des déséquilibres hormonaux, où la mère va à la rencontre en raison de la grossesse et de l’accouchement, la même, dans le père, d’où il est évident que la même condition ne peut pas conclamarsi, ses manifestations pathologiques sont attribués à des causes de nature psychologique.

L’étude de l’Eastern Virginia Medical School et publiée dans le Journal of the American Medical Association. Une telle situation pourrait résultat en raison des pressions reçues de la réalisation des nouveaux engagements que, peu de temps va peser sur lui, ainsi que tous les inconvénients attachés à la présence de la petite en termes de perte de sommeil, six nouveaux travaux domestiques qui doit aussi faire face, avec le résultat que l’incidence de la dépression chez le nouveau papa était égal à 10,4%, soit environ le double de l’estimation de l’incidence chez les hommes en général (4,8 pour cent).

Environ 8 pour cent des hommes commence à souffrir de 12 semaines avant la naissance et après la naissance.

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont examiné 43 études impliquant 28 mille personnes. Après avoir découvert que même les papas peuvent souffrir de baby blues, les chercheurs ont été en appelant à une plus grande attention: la dépression, le paternel est un problème grave, car il peut avoir des effets sur le développement des enfants.

Source de la Photo: mon psychologue