Le cancer de la Prostate est une maladie sexuellement transmissible?

Le cancer de la Prostate est une maladie sexuellement transmissible? Pourrait être, selon une recherche réalisée par des chercheurs italiens, américains et argentins. Les résultats de cette étude sont très intéressants car ils remettent en question le rôle joué par le protozoaire Trichomonas vaginalis. C’est un germe qui peut causer des infections au niveau génital, ce qui peut donner lieu à des conditions d’inflammation chronique, qui serait la base pour votre cancer de la prostate.

Cette théorie avait déjà été avancée par la recherche, dont les résultats ont été publiés en 2009. C’était, en effet, constaté que les hommes qui souffrent de la tumeur avait infections causées par Trichomonas. Maintenant, cette hypothèse a été la reprise, aussi parce qu’il essaie de donner une explication plus précise, puisque je ne peux toujours pas dire avec confiance que la corrélation de cause à effet entre l’infection et le cancer.

En particulier, il a été identifié une protéine qui serait produit par Trichomonas et qui présentent des caractéristiques similaires à une autre substance élaborée par le corps, qui a une fonction très importante: pour inhiber la migration des macrophages, des cellules immunitaires connues.

Des études ont mis en évidence la manière dont elle serait la protéine en question, afin de stimuler l’inflammation et favoriser la prolifération des cellules tumorales.

Les experts, cependant, de souligner qu’il est encore à voir, parce que ces essais ont eu lieu seulement dans les expériences menées dans le laboratoire. Entre autres choses, selon les chercheurs, il ne faut pas négliger d’autres facteurs de risque considérable, qui sont à la base de la maladie. La recherche scientifique, puis, aller de l’avant, car il y a quelques temps, précisément en relation avec le cancer de la prostate, il a été découvert, le rôle des hormones mâles. De ce point de vue les progrès de la recherche ont été nombreuses: il a été démontré que l’alimentation est la première forme de prévention pour le cancer de la prostate.