Les grossesses à risque si vous utilisez des drogues, des analgésiques

La grossesse peut être à risque si vous utilisez des drogues, des analgésiques. Ces derniers appartiennent à la famille des AINS (médicaments contre la douleur non-stéroïdiens), administré à lutter contre la douleur aiguë. Le fondateur de ce groupe de substances est l’aspirine, le seul médicament qui, selon les spécialistes, ne représente pas un risque pour les femmes enceintes. Alors que tous les autres analgésiques, malheureusement, peut provoquer, à quelque dose que ce soit, à des avortements spontanés.

Les risques les plus importants causés par ces substances est le résultat d’une recherche menée par des chercheurs de l’Université de Montréal, qui ont impliqué et a examiné 4705 les femmes qui ont subi des avortements spontanés.

Ce groupe a été comparé avec 50 mille femmes avaient mis fin pacifiquement à la grossesse. À partir de tests effectués, les chercheurs ont constaté que les médicaments tels que le diclofénac, l’ibuprofène et/ou le naproxène, et d’autres ,tous appartenant à la famille des AINS augmentent le risque de fausse couche. La recherche, publiée dans le Canadian Medical Association Journal, et l’auteur est le dr. Anick Bérard, directeur de l’Unité de Recherche sur les Médicaments et la Grossesse à l’Université de Montréal, a identifié ce risque, met en garde les femmes qui sont en attente, et en accordant une attention à votre consommation de médicaments contre la douleur. Ce risque ne semble pas être causée par la douleur de soulagement par excellence, qui est l’aspirine.