Maux de tête: l’auto-médication, oui, mais responsable

Le mal de tête, plus communément connu comme les maux de tête, touche environ 8 millions d’Italiens, ce qui lui a valu le titre de le trouble neurologique le plus fréquent, même au niveau mondial. En parlant des maux de tête, il peut être réductrice, car il y a environ 200 formes différentes. Certainement quand la tête commence à la livre, le geste que presque tout le monde fait est de prendre un comprimé de analgésique, souvent sans même consulter le médecin.

Et parfois c’est assez, si vous supposez en temps opportun, qui est, à la première apparition de la maladie et en suivant les directives de la “notice”, un anti-inflammatoire médicament non-stéroïdiens (AINS). Cette catégorie comprend de l’acide acétylsalicylique, l’ibuprofène, le naproxène sodique, et de l’acétaminophène.

Mais attention: ils sont bons, les FANS de la tour, qui est, farmacaci de l’auto-médication, identifié par un cachet rouge et la référence à “Médicaments sans ordonnance”. Rien médicinales, par conséquent, proposé de proches ou d’amis, qui peut-être ne connaissez pas encore l’indication d’utilisation. “Aussi, ne jamais oublier le cher vieux conseils de ma grand-mère: le repos, l’obscurité et le silence sont toujours d’une grande aide normale pour tous”, recommande le dr. Ovidio Brignoli, Vice-Président de la SIMG, la Société italienne de Médecine Générale. L’auto-médication doit, toutefois, être tenue responsable: si, au bout de 4-5 jours d’utilisation du médicament, la douleur n’est pas le passé, nous avons besoin d’aller chez le médecin. Et pour aider à faire un diagnostic précis, puisque de toute forme de maux de tête correspond à un traitement spécifique, il est utile de compiler un petit journal: “Décrire la fréquence des attaques, le lieu, la durée et l’intensité de la douleur et les phénomènes accompagnant le point de départ de la lutte contre le problème”, suggère le professeur Piero Barbanti, Directeur de l’Unité de Soins et de la Recherche, des Maux de tête et la Douleur, IRCCS San Raffaele Pisana, Rome, et professeur de Neurologie à l’Université de La Sapienza.