Le diabète et l’obésité, une véritable pandémie

Au cours des dernières années, les maladies telles que le diabète et l’obésité, peut être considéré comme une pandémie est réel. Cette considération est forte dans le nombre de patients en croissance. L’augmentation de la malade est liée à la société moderne: le travail de plus en plus stressant, toujours en train de courir, manger rapide, riche en calories des aliments, une vie sédentaire. Tous ces paramètres sont favorables pour le développement de l’obésité, qui est étroitement liée au diabète. Malheureusement, le nombre de cas a tendance à augmenter de façon spectaculaire: à l’heure actuelle, il y a 246 millions de personnes souffrant d’allergies, il est supposé qu’en 2025, il y aura près de 380 millions de dollars, si vous n’agissez pas dans le temps.

Le problème de la croissance dans les affaires, il a été discuté au Sénat par les médecins spécialistes, lors d’une conférence intitulée: diabésité, la prévention commence à la table, se sentir bien manger. Malheureusement, les deux maladies sont étroitement liées, d’où le terme de “diabésité” est utilisé dans la conférence. Avant que vous ne parlaient que de les États-unis comme le Pays en premier lieu pour les personnes qui souffrent d’obésité. Aujourd’hui l’Italie est parmi les premières places, en fait, il est estimé que, dans notre Pays sont 4.700.000 les personnes obèses.

Ceux-ci peuvent trouver automatiquement le diabète: si toutes les 10 secondes il y a deux nouveaux cas de diabète; toutes les 10 secondes une personne meurt de causes liées au diabète. En Europe, l’Italie, l’Espagne et la Grèce sont les trois premières places pour les enfants obèses ou en surpoids dans le groupe d’âge entre 7 et 11 ans. Le rapport, diabète-obésité, dont les spécialistes sont en essayant de parler à sensibiliser les citoyens, est sous-estimée. Ne pense pas que les problèmes de diabète sont étroitement liés aux problèmes de l’kilos en excès. Il est nécessaire d’empêcher, de s’assurer que les données ci-dessus ne pas augmenter ou même decrescano. La première prévention est à la table, avec un régime alimentaire sain, puis l’abandon de la vie sédentaire, et reprenant l’activité physique.